• À venir

  • Actuellement

  • Année 2016

  • Année 2015

  • Année 2014

  • Année 2013

  • Année 2012

  • Année 2011

  • Année 2010

  • Année 2009

  • Année 2008

  • Année 2007

  • Année 2006

  • Année 2005

  • Année 2004

  • Année 2003

  • Année 2002

  • Année 2001

  • Année 2000

  • Année 1999

  • Année 1998

  • Année 1997

  • Année 1996

  • Année 1995

  • Année 1994

  • Année 1993

  • Année 1992

  • Année 1991

  • Abstraction manifeste

    Du 19 janvier au 5 mai 2013

    [English Below]
    Abstraction manifeste
    Patrick Bernier et Olive Martin, Julien Bouillon, Isabelle Cornaro, Raffaella della Olga, Chloé Dugit-Gros, Liam Gillick, Peter Halley, Jean-Benoit Lallemant, Aurélie Mourier, Alexandre Périgot, Julien Prévieux
    Cette exposition collective s’intéresse aux formes de l’abstraction dans un contexte contemporain lié à la dématérialisation du capital et du lien social. La rapidité des flux d’information et la quantité des données supposent de structurer nos échanges de manière de plus en plus élaborée. Notre rapport au monde passe par des interfaces et des modélisations dont les formes : diagrammes, portails, plateformes influencent le vocabulaire contemporain de l’abstraction géométrique. Ici, l’abstraction ne s’oppose pas à la représentation, elle devient au contraire un marqueur de son contexte idéologique. Les artistes réunis dans l’exposition développent des recherches formelles à partir de ces systèmes existants, tout en les reliant aux contingences historiques et politiques. Ces artistes entretiennent une relation paradoxale à l’objet d’art autonome, préférant inscrire leur démarche dans le temps et la répétition. Sculptures, peintures, dessins, assemblages, tissages, collages, mouvements… tout en assumant leur physicalité, ces œuvres tendent à reconfigurer l’espace social, manifestant ainsi les limites d’une abstraction idéale.

    Manifest Abstraction
    Patrick Bernier et Olive Martin, Julien Bouillon, Isabelle Cornaro, Raffaella della Olga, Chloé Dugit-Gros, Liam Gillick, Peter Halley, Jean-Benoit Lallemant, Aurélie Mourier, Alexandre Périgot, Julien Prévieux
    This group exhibition is concerned with the forms of abstraction in a contemporary context linked to the dematerialisation of capital and of social ties. The speed of information flow and the sheer quantity of data today imply that we need to structure our exchanges in a more and more elaborate way. Our relationship with the world goes through interfaces and modelling whose different forms (diagrams, portals, platforms, etc.) influence the contemporary vocabulary of geometric abstraction. Here, far from being opposed to representation, abstraction becomes a marker of its ideological context. The artists in the exhibition develop their formal research from existing systems while, at the same time, connecting it to historical and political contingencies. These artists maintain a paradoxical relationship with the autonomous art object in that their preferred approach relates to time and repetition. Sculptures, paintings, drawings, assemblages, weaves, collages and movements, though they are at ease with their physicality, tend to reconfigure social space and show the limits of ideal abstraction.


    Autour de l'exposition