• À venir

  • Actuellement

  • Année 2016

  • Année 2015

  • Année 2014

  • Année 2013

  • Année 2012

  • Année 2011

  • Année 2010

  • Année 2009

  • Année 2008

  • Année 2007

  • Année 2006

  • Année 2005

  • Année 2004

  • Année 2003

  • Année 2002

  • Année 2001

  • Année 2000

  • Année 1999

  • Année 1998

  • Année 1997

  • Année 1996

  • Année 1995

  • Année 1994

  • Année 1993

  • Année 1992

  • Année 1991

  • Appel à témoins

    24 octobre 2003 - 4 janvier 2004

    Ursula Biemann, Joana Hadjithomas & Khalil Joreige, Anri Sala, Seifollah Samadian, Fiona Tan, Eric Watt

    [English Below]
    Cette exposition, réalisée en collaboration avec l’École des beaux-arts de Cornouaille, réunit des artistes dont les œuvres assument, entre autres, une fonction documentaire.

    Ursula Biemann
    Suisse 1955, vit à Zurich
    Son œuvre vidéographique traite de la condition des femmes à l’époque de la mondialisation, particulièrement en regard des migrations de populations, du libre échange et des nouvelles technologies. L’installation Détroit complexe (2003) porte un regard sur la contrebande tolérée à la frontière du Maroc et de l’Espagne où les femmes jouent un rôle majeur.

    Anri Sala
    Albanie 1974, vit à Paris
    Marqués par une mise en scène non spectaculaire, une attention portée aux détails, un choix rigoureux des protagonistes, la plupart de ses films, tel Missing Landscape (2002), sont tournés en Albanie. Nourris par des éléments biographiques, ils gagnent une plus grande dimension : le débat d’une société au sujet de son histoire.

    Seifollah Samadian
    Iran 1954, vit à Téhéran
    Photo journaliste de profession, il a réalisé parmi les plus importants documentaires sur l’Iran depuis 1979. Ses œuvres vidéographiques témoignent d’un regard plus intimiste et intuitif, à l’écoute d’un environnement immédiat (The Art of Killing, 2003). The White Station (2000) offre une image inattendue et poétique de Téhéran, balayé par une tempête de neige.

    Joana Hadjithomas et Khalil Joreige
    Liban 1969, vivent à Beyrouth
    Les films et les installations photographiques de ce couple d’artistes sont issus d’une réflexion sur le travail de l’image et ses modes d’existence dans le monde arabe. Le film perdu (2003) raconte la recherche qu’ils ont menée pour retrouver l’un de leurs films, disparu après une projection au Yémen.

    Éric Watt
    France 1964, vit à Nantes
    Sa démarche s’appuie sur un postulat : tout spectateur est un acteur potentiel, tout récepteur est un émetteur potentiel. Ses installations vidéo mettent ainsi à contribution des inconnus, sollicités sur une question. 19 histoires (2003) croise les récits de vie de 19 habitants du 19ème arrondissement de Paris.

    Fiona Tan
    Indonésie 1966, vit à Amsterdam
    À travers le film et l’installation, l’artiste développe une recherche sur ce qui, de l’histoire personnelle ou de l’histoire collective, détermine l’identité. Mêlant images d’archives et scènes tournées, elle cherche à éprouver le pouvoir de l’image à travers les manipulations du montage. Le royaume des ombres (2002) documente la question de l’iconoclasme. Ce film est présenté à la galerie de L’Ecole supérieure des beaux-arts de Quimper.

    A Call for Witnesses
    This exhibition, produced in collaboration with the Ecole des beaux-arts de Cornouaille, gathers together artists whose works share, among other things, a documentary intent.

    Ursula Biemann
    Switzerland, 1955, lives in Zurich
    Her videographic work treats the condition of women at this time of globalization, particularly in terms of population migrations, free trade and new technologies. Europlex (2003), created with Angela Sanders, examines the contraband tacitly allowed to cross the Moroccan and Spanish border where women play an important role.

    Anri Sala
    Albania, 1974, lives in Paris
    Characterized by spare staging, attention to details, a strict choice of protagonists, most of his films, such as Missing Landscape (2002), are filmed in Albania. Although based on biographical elements, the films assume a larger dimension : that of a society’s debate about its history.

    Seifollah Samadian
    Iran 1954, lives in Teheran
    A photojournalist by profession, he has made some of the most important documentaries about Iran since 1979. His videographic works testify to a more intimate and intuitive perspective, tuning in to the immediate environment (The Art of Killing, 2003). The White Station (2000) offers an unexpected and poetic view of Teheran, in the midst of a snowstorm.

    Joana Hadjithomas and Khalil Joreige
    Lebanon 1969, live in Beirut
    This artist couple’s films and photographic installations arise from their reflection on the function of the image and on its various forms in the Arab world. Le film perdu [The Lost Film] (2003) recounts their quest to locate one of their films, that had disappeared after being shown in Yemen.

    Éric Watt
    France 1950, lives in Nantes
    His approach relies on one assumption : each viewer is a potential actor, each receptor is a potential transmitter. His video installations focus on strangers who answer a question. 19 histoires [19 Stories] (2003) mixes the life stories of 19 inhabitants of the 19th arrondissement of Paris.

    Fiona Tan
    Indonesia 1966, lives in Amsterdam
    Using films and installation, the artist questions what, in terms of personal history or collective history, determines identity. Mixing archival images with filmed sequences, she seeks to challenge the power of the image through manipulating the editing process. Le royaume des ombres [The Kingdom of Shadows] (2002) documents the question of iconoclasm.
    This film is presented in the gallery of the École supérieure des beaux-arts of Quimper.


    Ursula Biemann Ursula Biemann Joana Hadjithomas et Khalil Joreige Joana Hadjithomas et Khalil Joreige Anri Sala Seiffolah Samadian Seiffolah Samadian Seiffolah Samadian Eric Watt Eric Watt

    Autour de l'exposition